Je me souviendrai longtemps de la reconnaissance du trail de Romagnat

J'ai été appelée il y a deux semaines pour effectuer un remplacement au sein du pôle vidéo de La Montagne. L'occasion de retrouver des anciens de l'époque de feu Clermont 1ère ( snif) et de rencontrer aussi de sympathiques nouvelles têtes au sein de la rédaction du journal.
Au programme de mes piges : du montage d'images d'agences locales, un micro-trottoir sur le marché, une répétition du groupe ACDCU, un portrait du champion de France de pizza, une conférence de presse de l'ASM ou encore le meeting de François Filllon...
"Jusqu'ici, tout va bien" : cette citation du film La Haine tombe vraiment à point nommé.
En effet, lundi, mon responsable me confie la réalisation de "La reco" du trail de la Romagnatoise.
Il me dit : "Tu as rendez-vous avec un journaliste de La Montagne dans une heure au plateau de Gergovie". OK, j'accepte la mission. Je regarde sur Internet d'autres épisodes de La reco, pour voir à quoi m'attendre. Ca a l'air faisable : filmer deux personnes qui effectuent la reconnaissance d'un parcours de course. Je me dis simplement que j'ai eu la bonne idée de mettre des baskets et non des talons ce jour-là. Et puis, plateau de Gergovie....ça va être plat comme parcours.... "Et là c'est le drame".
En effet, je retrouve Jean-Philippe, journaliste sportif à La Montagne et Serge, président du club de l'AS Romagnat. L'accueil est chaleureux, je leur confie des micros HF. Le tournage peut commencer.
Je les préviens seulement : "Ecoutez les gars, j'ai accouché il y a 7 mois et je n'ai pas repris le sport. Je ne suis pas en super condition physique. Soyez indulgents".
Je commence à les filmer sur des petits chemins en contrebas du plateau. Les coureurs s'enfoncent dans les bois, les chemins sont de plus en plus escarpés, la pente se raidit, je commence à m'inquiéter.
Mes baskets de ville glissent sur les cailloux et mon inquiétude grandit. Mes deux compères m'attendent. Je reprends mon souffle et nous repartons.
J'arrive à filmer les deux coureurs mais le rythme est élevé. Surtout pour une jeune maman comme moi qui n'a pas fait de sport depuis 7 mois.
J'ai du mal à suivre dans les montées les deux sportifs aguerris. Heureusement, en vrais gentlemen,  ils m'attendent à chaque fois. Et pour compléter le tableau, il fait chaud. Il est 11 heures et le soleil cogne fort sur le secteur. Je me dis que je ne vais jamais arriver à faire le chemin du retour jusqu'à la voiture. Mais la délivrance est proche, nous atteignons enfin le plateau de Gergovie. Le Graal!
Le tournages est fini. Juste une dernière interview de conclusion et j'en aurai fini avec ce tournage. Je revis.
Serge nous offre un verre à la Hutte gauloise. Je crois que je n'ai jamais bu une menthe à l'eau aussi vite...
Dans quelques jours, La Reco sera en ligne. Je vous indiquerai le lien. Vous comprendrez alors peut-être pourquoi je me souviendrai longtemps de ce tournage épique. Un vrai bizutage!


Commentaires

Publier un commentaire

Articles les plus consultés